Loading

Je m’appelle Francine

Sous un air de vieille France, entre fille du terroir et marque de farine industrielle, Francine tourne en dérision un esprit pseudo chauvin.

Son but ? Traduire plastiquement la perception d’un thème qui relie un groupe d’individus, donnant un point de vue kaléidoscopique sur le monde qui nous entoure. Créé par un temps de brume l’hivers 2014, ce fanzine est un projet à la fois ludique et amateur, regroupant divers talents et personnalités.

Ce que souhaite avant tout Francine, c’est un moment de rassemblement autour d’un projet créatif et propice aux nouvelles rencontres. Y participer est simple, un appel public est lancé sur les réseaux avec toutes les indications afin que toute personne voulant s’adonner à son art en dehors de sa chambre puisse participer !

Cette démarche a progressé grâce à des soirées organisées pour chaque publication, dans divers lieux (bars, lieu d’exposition), mais aussi avec l’aide de partenariats musicaux (Ambivalence, Les Tontons Bringueurs).

Passionnée de musique, Francine a commencé à démarcher des musiciens afin de les publier dans ses numéros (We Are Match, Moderat…). Prenant goût à la chose, elle crée des partenariats avec différents festivals tels que le festival Electro Léo et le Cithèm festival à Alençon, en temps que designer scénographe et signalétique. Puis c’est au tour du festival Beauregard à Caen où elle joue les animatrices et décoratrices. Enfin, c’est auprès des artistes quelle travailla au Dour Festival en Belgique où, armée de sa casquette, elle court les interview pour publier un fanzine hors-série.